Les Héritiers du Roi-Soleil

Les Héritiers du Roi-Soleil
18 octobre 2017 Editions de Fallois

 

Parution : 21/02/2018

Format : 155 x 225 mm

304 pages

EAN : 9782877069908

Prix : 22 EUR

Version ebook :

EAN : 9791032100875

Prix : EUR

Les Héritiers du Roi-Soleil

Gilbert Mercier

PARUTION le 21 février 2018

 

L’enfant de cinq ans – futur Louis XV – amené tout tremblant au chevet de Louis XIV, la veille de sa mort, le 1er septembre 1715, était un successeur inattendu à la couronne de France. Rescapé d’une hécatombe d’héritiers sans précédent, son extrême jeunesse et une santé délicate déclenchèrent un formidable appétit du pouvoir autour de lui.
Louise-Bénédicte de Bourbon-Condé fut la première à manifester une ambition à la mesure du renom du Grand Condé, son aïeul. La prétention de Philippe d’Orléans, fils du propre frère de Louis XIV, à exercer la régence lui devint insupportable. Pour elle, bien que fils bâtard du Roi-Soleil, son mari, le duc du Maine, réunissait toutes les conditions pour accéder à la plus haute marche du pouvoir. On savait qu’il était le fils préféré du roi, et Mme de Maintenon, à laquelle Louis XIV ne refusait rien, le considérait elle-même comme son propre enfant. La jeune duchesse ne fut satisfaite que le jour où elle eut la certitude que Monsieur du Maine, élevé au rang des princes du sang, se trouvait couché sur le testament royal.
Le récit de Gilbert Mercier met en lumière les aspects romanesques, parfois même rocambolesques, de la vie de cette femme à l’ambition démesurée. Brillante, attirant tous les regards, sa cour de Sceaux fut d’abord un défi permanent à la vieille cour de Versailles.
L’ouverture du testament royal, mettant face à face le duc d’Orléans et le duc du Maine, donna le signal d’une fuite en avant à laquelle Louise-Bénédicte de Bourbon-Condé ne sut pas résister. Elle crut son heure arrivée, complota, conspira, entraîna son mari et son entourage dans une folie qui la poussa jusqu’à tenter d’enlever le duc d’Orléans. Elle en paya le prix fort.

Les conjurés seront relâchés après avoir fait amende honorable, ainsi que, plus tard, leurs complices. Les fêtes de Sceaux reprennent : si Voltaire se fait rare, la duchesse du Maine reçoit Marivaux, Réaumur, Mme du Deffand. Mais il n’y a plus cet enthousiasme, cette légèreté d’antan. Le duc s’est enfermé avec ses livres. Il meurt en 1736. La duchesse se retire à Paris où elle meurt en 1753.

Ancien président de l’Académie de Stanislas, Gilbert Mercier, journaliste, a longtemps dirigé le service des informations générales du quotidien régional L’Est Républicain, à Nancy, tout en s’adonnant à des activités littéraires parallèles. Il a publié plusieurs ouvrages dont Madame Voltaire (2001) et Madame Péruvienne (2008). Il vit aujourd’hui à Vence.