Marx dans le jardin de Darwin

Marx dans le jardin de Darwin
16 mai 2019 Editions de Fallois

 

Parution : 21/08/2019

Format : 132 x 201 mm

300 pages

EAN : 9791032102251

Prix : 20 EUR

Version ebook :

EAN : 9791032101414

Prix : 15,99 EUR

Marx dans le jardin de Darwin

Ilona Jerger

Traduit de l’allemand par Bernard Lortholary.

En 1881, Marx et Darwin voisinaient dans la région londonienne sans se connaître. Ils ne se sont sans doute jamais vus, mais leur rencontre n’aurait rien eu d’invraisemblable.

Marx admirait l’auteur de L’Évolution des espèces (1859). Il lui avait dédicacé un exemplaire du Capital (tome I, 1867). Darwin était pour lui le héros qui avait mis définitivement fin à l’«aliénation religieuse» en sapant scientifiquement par ses découvertes les fondements des récits bibliques, réduits à l’état de fables.

Darwin voyait en Marx un esprit généreux mais quelque peu chimérique, promettant l’avènement d’un nouveau Paradis Terrestre, mais il n’était pas insensible à son matérialisme foncier.

Ils avaient des ennemis communs: Darwin était surnommé «le chapelain du Diable» par les milieux anglicans, piliers d’une société victorienne qui vouait aux gémonies le chantre de la révolution prolétarienne.

En 1881, ils étaient tous les deux d’une santé chancelante. Darwin disparaîtra en 1882 et Marx en 1883.

Ilona Jerger imagine qu’ils étaient soignés par le même médecin, nommé Beckett, un philanthrope libre-penseur qui s’intéressait tout autant à leurs idées qu’à leurs maladies et leur témoignait la même sympathie active.

Il avait perçu leurs affinités profondes. Il mesurait leur stature intellectuelle, en un mot leur génie.

Beckett est bien entendu un personnage de fiction. C’est aussi un confident de tragédie. Il accompagnera ses deux amis jusqu’à leur mort.

Unité de temps (1881), unité de lieu (Londres, où habite Marx dans un quartier fort modeste, et la campagne avoisinante où Darwin réside bourgeoisement), unité d’action (la rencontre et la mort de deux des plus grands esprits du XIXe siècle) donnent au récit la cohérence et la force d’une pièce classique.

L’œuvre se compose des visites alternées de Beckett à ses deux illustres patients, dépouillés par la maladie de tout faux-semblant. Sous le regard à la fois lucide et chaleureux du praticien, deux portraits contrastés et fraternels se dégagent peu à peu des conversations, des confidences, des souvenirs, des accès d’humeur ou des rêves, des défaillances ou des espoirs dont Marx et Darwin nous font les témoins.

Nous partageons leurs derniers mois. Nous revoyons aussi le film de leurs vies.

La réussite de ce livre, fondé sur une connaissance approfondie des deux œuvres laissées par les deux grands savants, comme de la bibliographie qu’ils ont inspirée, c’est que les exposés d’idées n’entravent ni n’alourdissent la reconstitution colorée de la vie quotidienne. Une vie quotidienne perçue dans toutes ses dimensions : la dimension tragique puisque la mort est déjà à l’œuvre, la comédie, par la multiplication des notations réalistes délicatement humoristiques, la finesse de l’analyse psychologique, notamment dans les rapports de Marx et de Darwin avec leur entourage.

Il s’agit d’un premier roman mais où s’affirment déjà une maîtrise intellectuelle, un talent narratif et des qualités d’expression admirablement servies par la traduction de Bernard Lortholary.