Mourir pour Jérusalem

Mourir pour Jérusalem
9 mars 2017 Editions de Fallois

 

Parution : 14/11/1995

Format : 155 x 225 mm

432 pages

EAN : 9782877062398

Prix : 24,00 EUR

Mourir pour Jérusalem

Jean Lartéguy

Ce n’est pas la plus grande ville du monde, mais c’est la plus fameuse. Et c’est aussi la ville de tous les dangers. La paix du monde, son équilibre se jouent en partie à Jérusalem. On l’aime, on la hait, on en rêve, on la convoite, on la veut pour soi tout seul, on est prêt à mourir pour elle. Pourtant son histoire est mal connue, on en retient seulement quelques bribes, liées à des personnages qui sont entrés dans le folklore de l’humanité: David, Salomon, les Maccabées, Hérode, Titus qui aima Bérénice, les rois croisés qui s’en emparèrent au nom du Christ, Saladin au nom de l’Islam, Ben Gourion qui en fit la capitale d’un pays créé à partir de la déclaration d’un lord anglais.

On ignore souvent qu’elle exista deux mille ans avant d’être conquise par David. On ne sait pas qu’elle fut amorrite, hittite, avant de devenir une colonie militaire égyptienne d’Akhenaton, le pharaon qui, le premier, sur les bords du Nil, quand Moïse y vivait, rêva d’un Dieu unique. On lui doit une religion et une forme de régime, la théocratie, où le pouvoir est détenu par Yahvé, le Dieu unique qui se manifesta dans les sables du Sinaï. D’où naîtront le christianisme et l’islam, religions mais aussi civilisations qui découvrent aujourd’hui encore des raisons de s’affronter.

Sur quelques kilomètres carrés se dressent leurs lieux saints: le Mur des Lamentations des juifs, reste d’un temple construit par Hérode qui n’était pas juif, mais arabe, la mosquée d’Al Aqsa que l’on doit à un calife mécréant qu’inspirait Byzance, le Saint Sépulcre enfin, découvert au cours d’une vision par la mère de Constantin sous un temple dédié à Vénus.

L’histoire que nous propose Jean Lartéguy évite de se perdre dans les subtilités des spécialistes, de verser dans les passions politiques, religieuses, idéologiques, car elles lui sont étrangères. Elle fait appel aux plus récentes découvertes des archéologues, qui rendent à la Ville sainte, hors des nuées de légendes qui l’entourent, son vrai visage.

Ne dit-on pas qu’à Jérusalem les sages deviennent fous et les fous plus fous encore? L’auteur, qui vint souvent dans la Ville sainte et y séjourna en agnostique tolérant, s’est efforcé de ne pas tomber dans cet excès. Il tente de nous donner ici une histoire sereine d’une ville qui ne le fut jamais.