Napoléon et Venise (1796-1814)

Napoléon et Venise (1796-1814)
20 avril 2017 Editions de Fallois

 

Parution : 19/02/2002

Format : 155 x 225 mm

400 pages

EAN : 9782877064323

Prix : 22,50 EUR

Napoléon et Venise (1796-1814)

Amable de Fournoux

Napoléon et Venise : la chute de la Sérénissime République a été racontée bien souvent. Mais la liaison forcée entre Napoléon et Venise ne s’arrête pas à ces prémices. Elle se prolonge tout au long de la prodigieuse épopée de l’Aigle, dans un chaos d’événements qui vont bouleverser la carte de l’Europe, et singulièrement celle de l’Italie.

Aucun livre n’avait jusqu’à présent relaté l’étroite et étrange relation qui, de 1796 à 1814, s’est établie entre le conquérant le plus célèbre de toute l’Histoire moderne et la ville la plus célébrée dans toutes les littératures.

En cédant, après l’avoir trahie et dépouillée, la vieille dame des lagunes à l’Autriche qui en rêvait depuis toujours, Bonaparte ouvrait la route de la fortune à Napoléon. Ce forfait allait salir durablement sa gloire.

Devenu président de la première République italienne, empereur des Français, il n’aura de cesse de coiffer la couronne de fer des rois lombards pour racheter sa faute et régner sur cette Italie dont Venise était le joyau.

Venise «napoléonisée», c’est aussi une page mal connue de cette histoire que la légende a quelque peu escamotée. Malgré une visite réussie dans la Cité des Doges et de sérieuses réformes pour la sauver de la ruine, l’aventure se solda par un échec cuisant et le rejet complet de la présence française.

«Je serai un Attila pour Venise», la terrible menace prononcée par le général en chef de l’armée d’Italie en 1797 était décidément prophétique.

L’Aigle et le Lion n’ont jamais fait bon ménage.